Peau

TUMEUR CUTANÉE

Résumé de l’intervention

variable

générale ou locale

0 à 4 nuits

7 jours

SS

Présentation:

Les tumeurs cutanées correspondent aux lésions de la peau présentes à la naissance ou apparues secondairement dans la vie.

On distingue les tumeurs bénignes et les tumeurs malignes (ou cancer de la peau) :

  • Tumeurs bénignes :
    • Mélaniques : grain de beauté (ou naevus) ; éphélide (ou tâche de rousseur) ; lentigo
    • Épidermiques : verrues séborrhéiques ; molluscum ; kératoses
    • Conjonctives : histiocytofibrome ; fibrome
    • Graisseuses : lipome

 

  • Tumeurs malignes :
    • Mélaniques : mélanome (tumeur rare qui nécessite une discussion en équipe quant à sa prise en charge)
    • Épidermiques : carcinome baso-cellulaire (ou CBC : la plus fréquente) ; carcinome spino-cellulaire (CSC ou carcinome épidermoïde : plus rare)
    • Annexielles : carcinome de Merkel ; carcinomes annexiels
    • Conjonctives : Sarcome

 

Toutes les tumeurs malignes sont discutées au décours d’une Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) regroupant :

  • Le Chirurgien Plasticien
  • Le Dermatologue
  • Le Cancérologue et/ou Radiothérapeute
  • L’Histologiste

 

Afin de proposer la meilleure option de traitement pour le patient. La chirurgie consiste en l’ablation de la tumeur et en la reconstruction de la zone par différents moyens chirurgicaux (greffe, lambeau, reprise de cicatrice) et médicaux (traitements ciblés sur la tumeur ; radiothérapie, etc.)

Risques:

À court terme : hématome ; œdème ; infection; ; nécrose cutanée ; désunion de la cicatrice.

À long terme : résultat sub-optimal ; séquelle esthétique ; récidive de la tumeur ; troubles de la sensibilité.

Prise en charge:

Chirurgie réparatrice après tumeur bénigne ou maligne

Douleur:

Légère à importante

Résultat final:

12 à 24 Mois en moyenne

REPRISE DE CICATRICE

Résumé de l’intervention

variable

générale ou locale

ambulatoire

7 jours

SS ou non

Présentation:

Toute cicatrice correspond à la partie visible d’un traumatisme au niveau de la couche de la peau appelée « derme ».

Ce traumatisme peut être :

  • Une coupure (volontaire au cours d’une chirurgie ou involontaire au cours d’un accident)
  • Une brûlure (profonde correspondant au 2ème degré)
  • Une maladie (acné et autres maladies de la peau)

 

L’objectif de la reprise de cicatrice est de remplacer une cicatrice « anormale » par une nouvelle cicatrice moins visible ou gênante et donc plus discrète.

Le temps et le type de cicatrisation est variable et dépend de nombreux facteurs, parmi lesquels :

  • Les facteurs génétiques (antécédent de cicatrices disgracieuse dans le famille)
  • L’âge
  • L’exposition au soleil
  • L’exposition au tabac
  • La prise de médicaments

 

Afin d’améliorer la cicatrice, il existe plusieurs techniques comme :

  • Le laser URGOTOUCH © (diminution d’environ 40% la cicatrice)
  • Les injections de corticoïdes intra-cicatriciel
  • Les excisions de cicatrice
  • Les plasties locales de cicatrice

 

Le Dr Thomas COLSON vous examinera en consultation, afin de vous proposer la meilleure technique possible.

Pour plus d’informations sur le laser URGOTOUCH ©, suivez le blog.

Risques:

À court terme :œdème ; infection; désunion de la cicatrice.

À long terme : résultat sub-optimal ; asymétrie ; récidive de la cicatrice.

Prise en charge:

Chirurgie réparatrice après un traumatisme

Douleur:

Légère

Résultat final:

12 à 24 Mois en moyenne

ABLATION DE TATOUAGE

Résumé de l’intervention

variable

générale ou locale

ambulatoire

10 jours

non

Présentation:

Le tatouage consiste en l’inclusion de pigments au niveau des couches superficielles de la peau par l’intermédiaire de minuscules trous faits par une aiguille.

L’ablation du tatouage s’adresse aux patients qui veulent se débarrasser ou modifier un tatouage qui ne le correspond plus.

Il existe différentes techniques d’ablation de tatouage ; quelles soient médicales ou chirurgicales :

  • Médicales :
    • Le laser : Technique la plus courante. Le laser utilise une lumière qui va fragmenter le pigment en fonction de sa couleur. Plusieurs séances sont nécessaires et effectuer à un intervalle de temps adapté à la taille et aux couleurs du tatouage.
    • L’IPL (ou Intense Pulsed Light) : Technique qui utilise une lumière intense, concentrée sur les couches superficielles de la peau. La peau se trouve stimulée et s’accroît ; permettant de masquer le tatouage.

 

  • Chirurgicales :
    • L’exérèse : Il s’agit de l’ablation chirurgicale du tatouage. La peau tatouée est enlevée et les zones restantes sont suturées entre-elles ; créant ainsi une cicatrice finale. L’intérêt prédomine surtout pour les petits tatouages.
    • La dermabrasion : Le principe est de « poncer » les couches superficielles de la peau afin de régénérer la peau. L’intérêt prédomine surtout pour les tatouages superficiels. Le geste est réalisé sous anesthésie locale ou générale, en fonction de la taille du tatouage.
    • Le clivage : Il s’agit d’une injection de sérum physiologique associée à un anesthésiant. Le principe est de casser les pigments, afin de donner un aspect moins visible du tatouage.

 

Toutes les techniques citées ci-dessus seront discutées avec le Dr Thomas COLSON en consultation. L’objectif est d’apporter la solution la mieux adaptée à votre cas afin d‘offrir le meilleur résultat possible.

Risques:

À court terme : hématome ; œdème ; infection; nécrose cutanée ; désunion de la cicatrice.

À long terme :résultat sub-optimal ; séquelle esthétique ; décoloration ou hypercoloration ; troubles de la cicatrisation.

Prise en charge:

Absence de prise en charge
Acte Esthétique Pur

Douleur:

Légère à importante

Résultat final:

12 à 24 Mois en moyenne